LADEPECHE.FR

Le Mas-d’Azil. Festival international d’art : il n’est pas trop tard pour le voir

Publié le 20/06/2013 à 03:48

 

 

« Mesmerizer of absence », à voir à la grotte du Mas-d’Azil./ Photo DDM

 

 

Il n’est pas encore trop tard pour admirer les œuvres du Festival international d’art de Toulouse et du Mas-d’Azil. Une exposition ouverte jusqu’au 23 juin.

Depuis 2001, le festival se nommait le Printemps de septembre et c’est donc dorénavant au printemps qu’il sera organisé.

Il a été inauguré, pour sa nouvelle version, le 24 mai, au Mas-d’Azil, à la grotte, avec deux œuvres de Gary Hill et Allan Packer (notre photo) et la présence prestigieuse de la ministre de la Culture et de la Communication, puis en soirée à Toulouse.

Des œuvres un peu partout

La programmation, dirigée par Jean-Marc Bustamante, né à Toulouse, est exceptionnelle et redonne sa place d’honneur à l’artiste car il n’y aurait tout simplement ni art ni exposition ni économie culturelle sans artistes.

«Artist comes first» – en français «D’abord l’artiste» – est l’intitulé d’expositions dont une des œuvres les plus visibles, avec celle d’Allan Packer à la grotte du Mas-d’Azil, est sur la rive gauche de la Garonne, au port Viguerie, à Toulouse. Des expositions gratuites, dans les plus beaux lieux patrimoniaux toulousains et de la région, sont proposées au public.

Il y a Howard Hodgkin à l’hôtel d’Assézat, Emmanuel Van Der Meulen au Château-d’Eau, Julian Rosefeldt aux Jacobins, Lindsay Seers à l’Hôtel-Dieu et Kiki et Seton Smith.

Saluons la visite de Marie-Thérèse Perrin, présidente du festival, au Mas-d’Azil, fin mai, ravie du partenariat de quatre ans avec Caza d’oro et l’Ariège.

Une amitié artistique qui permet à l’Ariège d’intégrer ce grand festival et vice versa, mais aussi de croiser les publics respectifs.

À voir absolument, à Toulouse et au Mas-d’Azil.

Infos pratiques : jusqu’au 23 juin, de 12 heures à 19 heures (11 heures le week-end). Gratuit. toulouseartfestival. com. Tél.05 62 30 00 72.

La Dépêche du Midi